mardi 21 février 2017

Le castor et le colibri

Malgré les efforts des animaux toujours plus nombreux à s’activer, l’incendie continuait de ravager la forêt. Un castor ayant écouté le colibri décida de faire sa part en construisant un barrage afin de retenir l’eau de la rivière et ainsi inonder les berges pour ralentir la propagation des flammes. Voyant cela, le colibri, à chaque fois qu’il déposait une goutte d’eau pour éteindre le feu prélevait sur un arbre une brindille qu’il remettait au castor. Interloqués par ce nouveau manège, les autres animaux questionnèrent l’oiseau.
"Colibri, pourquoi perds tu ton temps et prends tu autant de risques pour quelques brindilles ? Tu fais déjà ta part, laisse donc faire le castor !"
Le volatile leur répondit alors :
"Plus vite le barrage sera terminé, plus court sera notre voyage pour aller chercher de l’eau. Le peu d’effort que cela me coûte, je le gagnerai au centuple par la suite. Ce n’est qu’en faisant converger nos efforts et nos consciences, ce n’est qu’ensemble, que nous parviendrons à éteindre l’incendie.

Au travers de ce petit récit qui prolonge modestement la légende désormais très connue du colibri, nous souhaitons illustrer un des aspects importants de notre engagement : le faire ensemble.

lundi 20 février 2017

Yaourts maison sans yaourtière

On vous expliquait le mois dernier comment faire des yaourts avec une yaourtière. Mais on avait lu un peu partout qu'on pouvait en faire sans machine, et ça, ça nous trottait sacrément dans la tête, puisqu'on essaie de se simplifier la vie en terme d'appareils électroménagers.

Adeptes de la simplicité, nous avons donc essayé la méthode basique suivante.

Comme pour les yaourts en yaourtière, nous avons fouetté notre litre de lait entier avec un yaourt nature, puis nous avons réparti la préparation dans nos pots.

samedi 18 février 2017

Recette anti-gaspi : le "Pain de chien"


Le "Pain d'chien" comme on dit dans le nord, plus communément appelé "pudding" est une recette INCONTOURNABLE chez la famille castor !

Recette anti-gaspillage par excellence puisqu'elle permet d'utiliser le pain rassi, elle est adorée sous notre toit, aussi bien des enfants que des adultes, et déclinable à l'infini !
Sucré, salé, tout est possible ! Au petit-déjeuner ou au goûter pour le premier, à l'apéro ou en plat du soir avec une petite salade pour le second, je connais deux qui s'en nourriraient bien exclusivement... (et ce ne sont pas forcément ceux auxquels vous pensez!)

Ici, le pudding, on le fait au pifomètre (j'entends Monsieur Castor grogner : paraîtrait que la mère Castor ferait toute sa cuisine au pifomètre, je ne vois ab-so-lu-ment pas de quoi il parle...). Mais comme vous êtes sympas, on va essayer de formaliser un peu tout cela !

jeudi 16 février 2017

La grotte et les patates pourries

L'un des arguments des détracteurs de la transition (oui, il  y en a encore !) c'est de dire que la sobriété comme mode de vie, c'est terne, fade, triste.... Pour citer Rob Hopkins (qui est un peu le "monsieur Transition"), beaucoup de gens voient ce changement de mode de vie comme un retour vers le passé, où l'on vivrait dans des grottes et où l'on mangerait des patates pourries !
Moins d'objets dans la maison, de produits dans les frigos et les placards, moins d'écrans, de divertissements, de distractions et en définitive, moins de plaisir.
Notre famille de castors avancerait lentement mais sûrement vers une vie monacale et austère !

Franchement, est ce que j'ai une tête de Mormon ?! (C'est une question rhétorique pour les petits malins qui voudrait y répondre !).
Il n'y a jamais eu autant de rires, d'échanges, de chants, de musiques et de danses dans notre maison depuis que nous sommes pleinement entrés en transition.

Oui c'est vrai, la sobriété c'est moins. Moins d'objets possédés, moins de choses consommées. Mais c'est aussi moins de temps perdu dans les rayons des magasins et moins d'argent dépensé dans le superflu. Posséder peu mais des objets de qualité et emplis des souvenirs qu'on y met, des objets fabriqués avec amour et patience.

mardi 14 février 2017

Les niouzes côté vrac autour de Béthune

Ce 14 février est un grand jour ! Eh non, pas à cause de la St Valentin, dont on n'a pas grand chose à faire chez les castors, mais tout bonnement parce qu'une épicerie de vente en vrac a ouvert ses portes dans le béthunois (enfin, c'est plutôt le bruaysis... nous dirons Béthune-Bruay, BB pour les intimes, pour citer l'office du tourisme..) !
L'Art du vrac, boutique dans la même veine que les désormais célèbres Day by day, se situe à Barlin (à côté de Bruay-la-Buissière, à 15' de Béthune en voiture), sur la place Salengro, en plein centre-ville. 

Profitant des vacances, Monsieur Castor y est allé en repérage ce matin-même, avec quelques bocaux et sacs en tissu sous le bras.

L'accueil fut très chaleureux, et le décor soigné, digne d'une véritable épicerie fine.

jeudi 2 février 2017

Incontournable : Famille (presque) zéro déchet, Ze guide

Depuis le temps qu'on doit vous parler de ce bouquin... En matière de Zéro déchet, il y a Béa Johnson, et il y a eux : la Famille (presque) zéro déchet. Impossible de passer à côté de ce guide quand on se lance dans le zéro déchet, et à juste titre, c'est ZE référence.


Jérémie Pichon et Bénédicte Moret (de leurs vrais noms) sont les auteurs de ce bouquin pratique à l'humour décapant. Leur force : le ton hilarant de leurs articles mais aussi le coup de crayon de Bénédicte, alias Bloutouf, qui est illustratrice et qui leur donne donc une identité graphique de folie.

Qu'on se le dise, avec Monsieur Castor, on a adoré lire cet ouvrage, bourré de bon points.

D'abord, le guide est très documenté. Les ZD ne se contentent pas de raconter leur life (contrairement à nous, quoi..), ils se basent sur des chiffres, des études, etc. C'est non seulement intéressant mais aussi gage de sérieux, derrière les jeux de mots et l'humour.